Rencontre avec Bastián R. Álvarez

Partager

SEVA View : Rencontre avec le graphiste chilien Bastián R. Álvarez

Direction le Chili avec Bastián aka @b.rojvs, 19 ans, graphiste amateur et mordu de sneakers.

 

« Je ne me suis jamais vu comme étant particulièrement talentueux (…). Lorsque que les autres dorment, je travaille. Lorsqu’ils mangent, je travaille. » Will Smith

 

Salut Bastián, merci de participer à cette interview. Alors, peux-tu te présenter brièvement. Comment te décris-tu ?

Salut, moi c’est Bastián Rojas Álvarez, j’ai 19 ans et j’étudie actuellement la publicité à l’Université Catholique Pontifiante du Chili où je travaille aussi en tant que directeur artistique dans une agence de publicité. À côté de l’illustration, j’aime bien prendre des photos et faire des petites vidéos pour mes amis.

Je me décrirais comme étant une personne passionnée, j’ai de la motivation pour ce que je fais, je pense toujours que ce que j’accomplis aujourd’hui finira par payer un jour.

 

Parle nous un petit peu de l’origine de tes passions pour les sneakers et pour le graphisme. Pourquoi as-tu décidé d’associer les sneakers dans tes designs ?

Depuis enfant, j’ai toujours aimé les sneakers, mais mes parents n’avaient pas les moyens de m’acheter les paires que j’aimais, car les prix étaient trop élevés.

J’ai aussi fait du graffitis pendant 4-5 ans ce qui m’a amené au design. Je voulais innover, alors j’ai eu l’idée de mixer les photos de chaussures de photographes connus avec mes designs sur les réseaux sociaux et je trouve que j’ai atteint un résultat plutôt surprenant avec mes illustrations.

 

« Si tu es vraiment passionné par quelque chose, bats toi pour aller au delà de tes rêves ! »

 

© Bastián R. Álvarez

 

D’où provient ton inspiration qui est reflétée dans ton travail ? Sur quel type de logiciel travailles-tu ?

La plupart de mon inspiration provient de l’image réelle que je dessine au même moment. Si la photo capte mon attention ou qu’elle est attirante, je suis inspiré et je trouve un moyen d’obtenir un bon résultat. Pour le moment, je travaille avec Adobe Illustrator.

 

On te demande de garder une seule paire de sneakers pour le restant de ta vie, laquelle choisirais-tu ?

Ce serait sans aucun doute les Nike Air Max 1 OG Red. C’est grâce à ce modèle que je suis tombé amoureux des sneakers.

 

© Bastián R. Álvarez

 

Les sneakers et le graphisme sont tes passions, comptes-tu en faire ton métier et créer quelque chose de plus puissant par la suite ?

Je n’ai jamais pensé à ce que mon métier deviendrait. Ce que j’aimerais être capable de faire, c’est de collaborer avec des grosses marques de l’industrie. Pour le moment, je le fais parce que j’aime faire des illustrations et passer mon temps dessus, mais si j’avais l’opportunité de travailler dans ce domaine, je serais vraiment heureux de le faire !

 

Peux-tu nous montrer ta plus belle réalisation et nous expliquer pourquoi celle-ci en particulier ? Quelle est son histoire ?

À mon avis, celle-ci est de loin ma plus belle illustration, c’était la première fois que je mixais la réalité et le design ! Et en plus c’est ma paire préférée (rires). C’était avec cette image que mon inspiration est née et puis j’ai eu de très bons retours. Du coup j’y ai mis du mien pour affiner ma technique et pour rivaliser avec moi-même.
J’ai passé environ 2 jours pour finir cette illustration. C’est aussi important de dire que lorsque j’ai réalisé ce design, j’avais un niveau très basique dans l’utilisation du logiciel.

 

© Bastián R. Álvarez

 

Pour les novices en graphisme, quel genre recommandation peux-tu leur faire ?

Je leur conseillerais de ne jamais laisser tomber, par rapport à ce que peuvent dire les gens autour. Si vous y mettez du vôtre, vous pouvez être capable d’accomplir de grandes choses. Il faut toujours faire les choses pour soi et non pour plaire à quiconque. Si tu es vraiment passionné par quelque chose, bats toi pour aller au delà de tes rêves !

 

Retrouvez toutes les illustrations de Bastián sur son Instagram et sur sa page Facebook !

 

Propos recueillis par Seva.